Loin de tout objectif quantitatif dans la production des cuvées d’exception, Christophe Jacquel, son épouse Sylvie et leur équipe recherchent l’excellence d’un travail et d’un résultat qui s’apparentent à de la haute couture. Ceci dans le respect des sols, de la plante et du consommateur.

Souhaitant faire preuve de transparence concernant son mode de culture respectueux de l’environnement et des amateurs de vin qui les soutiennent, le Clos de Vènes a fait réaliser sur ses cuvées 2016 une analyse de résidus de produits phytosanitaires (pesticides, herbicides, foncigides et insecticides) sur 96 molécules par le laboratoire professionnel Dubernet.

Au vu des résultats, Le Clos de Vènes prouve aux consommateurs, avec toute l’humilité d’un vigneron indépendant, que respecter la nature et produire des vins d’une qualité exceptionnelle est possible !

 

Depuis 6 années consécutives désormais, Christophe et Sylvie Jacquel consacrent toute leur énergie à produire un vin de goût et de qualité, dans le respect des sols, de la tradition et de la santé du consommateur.

Et les résultats du phytobilan mené en janvier 2018 sont à la hauteur de leurs attentes.
Christophe Jacquel annonce :
Dès le début de notre aventure, nous avons choisi de nous positionner sur des vins de qualité, d’excellence même, et de nous engager dans une démarche de biodynamie, notre terroir le permettant. Sans antécédents viticoles, il nous a fallu faire preuve de bon sens paysan et en bon ingénieur, toujours remettre en cause les choix établis. La nature est génératrice de problèmes mais on y trouve également des solutions. En revanche, il ne faut pas omettre la valeur ajoutée dans certains cas des produits conventionnels.
Pour l’ensemble de leurs cuvées, seule une molécule a été tracée sur les 96 recherchées.

Les vignerons du Clos de Vènes sont des créateurs qui oeuvrent en fonction des millésimes, de l’évolution des cépages en élevage, et qui respectent les sols en agriculture biodynamique. Chaque cuvée est façonnée en fonction de son cépage, pour des cuvées dites « confidentielles », soit composée d’environ 2.000 bouteilles par cuvée.
Les cuvées du Clos de Vènes, entre tradition, modernité et amour de la terre

Christophe précise :

On ne laisse pas la nature faire les choses toute seule, il faut savoir l’accompagner, voire la diriger.
L’ensemble de la production est ainsi élevé en fûts, 12 mois pour les rouges (Seguin-Moreau) et 6 à 9 mois mois pour les blancs (Berthomieu Hermitage & Icone chez Seguin-Moreau). Rouges et blancs sont élevés sur lies avec des bâtonnages réguliers et en maîtrisant les sulfitages.
Les vendanges enfin sont manuelles et emmenées à la cave en petites caissettes puis après un égrappage total, un tri rigoureux manuel est réalisé sur table. Recherchant la concentration, les vendanges sont tardives car réalisées à pleine maturité : la qualité passe par la prise de risque.

L’oenotourisme

Le Clos de Vènes, c’est également une maison d’hôtes. Sylvie & Christophe vous y accueillent de nouveau dès le mois de mars.
Le restaurant du Clos de Vènes, Les Tonneliers à Homps en bordure du canal du midi, accueillera de nouveau le public le 1er juin prochain.

www.closdevenes.com

 

Maison & Jardin Magazine