Artiste en photos peintures, Nadia Aubrier propose des œuvres originales sur le thème de la femme, des voyages ou encore de la nature.

Elle s’est inspirée de grands artistes comme le douanier Rousseau, le peintre anglais David Hockney ou encore l’artiste engagé autrichien Hundertwasser. Derrière son art se cache une femme engagée et libre.

La qualité première de Nadia Aubrier : l’écoute. Altruiste et ouverte sur le monde, cette artiste en photos peintures garde pourtant une part de mystère sur sa vie personnelle. On apprendra juste que Nadia est un prénom d’emprunt, qu’elle possède des origines britanniques et que l’artiste a exercé le métier de journaliste pendant une dizaine années. Mais certaines informations resteront confidentielles comme son âge. « Mon âge intérieur est de 30 ans » réplique cette habitante de Rouen, mère d’un enfant.

 

En revanche, l’artiste n’est pas avare de paroles quand il s’agit de parler de son travail. Son art est éclectique et libre. « Je griffonne des carnets de croquis depuis mon plus jeune âge. Ça a toujours été un vrai besoin. J’ai toujours eu un fort penchant pour les arts plastiques. ».

Diplômée en Art et Archéologie ( Paris VII° ) en art musulman, Nadia a décidé de coupler la photographie et la peinture. Sa démarche est rare et offre des tableaux réalistes et atypiques. Son travail commence souvent par un cliché. « Je fais tout un tas de photos et je m’arrange toujours pour qu’il manque un élément, un détail, un objet. Je comble cette absence par la peinture. » Ce travail de compostions est effectué soit par ordinateur ou soit à la main. « Je n’ai pas de méthode fixe. J’écoute mon instinct. »

Les femmes, la nature et la découverte 

Certains thèmes lui tiennent très à cœur comme celui des femmes. « Je me suis toujours intéressée à cette cause et ce bien avant l’affaire Weinstein » Il n’est pas rare de voir des femmes nues dans sa collection. « La nudité symbolise la fragilité et le désarmement de la femme face à certaines violences. » Nadia Aubrier s’est aussi attaquée à l’environnement. « Le respect de la nature comme des femmes sont très importants pour moi. Quand je suis allée à Venise, j’ai immortalisé une scène qui est pour moi très choquante : celle d’un vieil homme jetant ses sacs de détritus dans l’eau. » L’artiste est aussi une véritable aventurière. Elle a énormément voyagé à travers le monde et connait extrêmement bien la Méditerranée, les pays arabes, le Proche et Moyen-Orient ou encore l’Angleterre, Les États-Unis. « Ce n’est pas le tourisme en lui-même que j’apprécie mais la connaissance des autres. J’ai besoin de découvrir la culture et leur manière de vivre. » La voyageuse a vécu en Chine, en Grèce et parle couramment sept langues (anglais, français, italien, espagnol, grec et arabe). On vous avait prévenu : cette artiste est bourrée de talent.

www.aubrier.com

Maison & Jardin Magazine