Le Château Hochberg, initialement nommé Château Teutsch, du nom de la famille qui le fit construire, se dresse sur le site de la Verrerie du Hochberg qui ferma ses portes en 1868 et dont Victor et Edouard Teutsch furent les derniers propriétaires.

Ils firent bâtir cette majestueuse demeure entre 1863 et 1866. En accord avec le style Napoléon III, le Château Hochberg, arbore d’imposantes façades agrémentées de bandeaux en grès rose, de grandes fenêtres et de beaux balcons en fer forgé. Pendant de nombreuses années, la Verrerie du Hochberg fut le haut lieu des activités professionnelles mais aussi de la vie quotidienne de la famille Teutsch, et plus particulièrement d’Edouard Teutsch. Ce dernier, fervent opposant à l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine par l’Allemagne, fut élu député protestataire aux élections du Reichstag pour la circonscription de Saverne. Il y prononça en 1874 un discours virulent contre la cession de ces territoires à la suite duquel il regagna la France. Nommé trésorier-payeur général par la République, il quitta Wingen-sur-Moder et exerça à Auch, Mâcon, Epinal et finalement Nancy, où il prit sa retraite. Dès lors, le Château n’accueillit la famille Teutsch plus que durant l’été. Après la disparition d’Edouard Teutsch en 1908, le Château fut vendu. Il passa entre les mains de divers propriétaires avant d’être classé monument historique en 1996 et acquis, en 2014, par Silvio Denz, Président directeur général de la Maison Lalique. Cette maison de maître, intimement liée aux traditions et savoir-faire verriers à l’origine de la Maison Lalique, s’offre une renaissance en devenant, depuis le 12 août 2016, un hôtel visant la classification quatre étoiles et un bistrot moderne à la cuisine créative, de qualité et accessible. Un nouveau chapitre de l’histoire du Château Hochberg s’ouvre donc aujourd’hui pour proposer aux locaux et visiteurs un lieu de vie convivial et accueillant; une offre complémentaire à cinq minutes seulement de la Villa René Lalique, hôtel ultra raffiné et restaurant gastronomique deux étoiles au Guide Michelin.

L’HÔTEL

Le Château Hochberg est idéalement situé en face du musée Lalique, au coeur d’un parc arboré de 1,7 hectare. Avant même d’avoir franchi les hautes grilles noires de la propriété, on admire, au bout de l’allée centrale, la majestueuse bâtisse. En montant les marches qui mènent à l’entrée principale, on comprend que l’on entre dans un lieu chargé d’histoire, où l’âme a été préservée. La réhabilitation et la décoration du Château sont le fruit de l’étroite collaboration entre Lalique Interior Design Studio, dirigé par Adeline Lunati, qui propose aux architectes et designers une offre exclusive de projets intégrant le cristal dans l’espace, et Christine et Nicola Borella, fondateurs de l’agence Borella Art Design. Cette agence d’architecture intérieure est reconnue pour son expertise dans la création et la réalisation de projets sur mesure dans les secteurs de l’hôtellerie de luxe et de la restauration haut de gamme. Pour le Château Hochberg, Lalique Interior Design Studio a pensé et réalisé un concept unique. L’univers de Lalique s’exprime de manière épurée et contemporaine grâce aux jeux de lumière créés par des panneaux en verre et en cristal et aux miroirs Lalique ponctuant les chambres et les parties communes. Borella Art Design a su intégrer avec raffinement le cristal dans un environnement cohérent avec la Maison Lalique. Ainsi dès le lobby, on est accueilli dans un espace où la transparence et la pureté du cristal associées aux teintes claires du mobilier, offrent harmonie et douceur. Le desk de la réception, taillé dans un bloc de quartz blanc et orné de motifs Lauriers, est mis en valeur par une lumière douce et chaleureuse magnifiée par le choix des tons en dégradé de gris et blanc. Les panneaux décoratifs Lauriers, que l’on retrouve sur les murs, ont été créés par René Lalique en 1923 pour orner les wagons de l’Orient Express qui conduisait les voyageurs des berges de la Seine aux rives du Bosphore. Le parquet Versailles, qui accueille les visiteurs de la réception au restaurant en passant par le bar, renforce cette impression d’élégance.

LALIQUE INTERIOR DESIGN STUDIO

Le studio offre son expertise en termes de création et de savoir-faire dans la réalisation de projets exceptionnels associant cristal et espace. Il allie l’héritage du cristallier à la modernité de ses créations et fait naître des panneaux uniques, expression d’un luxe toujours renouvelé. « Dans mon travail, j’associe le caractère précieux et unique de l’univers Lalique à des fonctionnalités spécifiques. La finalité de nos réalisations d’architecture d’intérieur est de donner vie aux espaces qu’elles intègrent. », souligne Adeline Lunati, qui dirige Lalique Interior Design Studio. Imaginé pour valoriser les espaces, chaque projet place le cristal au coeur du lieu, dans la lignée de l’approche créative de René Lalique. Toutes les pièces sont, encore aujourd’hui, réalisées au sein de l’unique manufacture Lalique située à Wingen-sur-Moder. Des créations à la pointe du design et de l’innovation voient ainsi le jour dans le cadre de différents projets d’aménagement intérieur : résidences privées, restaurants, hôtels de luxe, yachts, etc. Dans chacune de ces réalisations, les panneaux ou éléments en cristal Lalique forment des créations exclusives qui structurent l’espace, apportant leur lumière et leur caractère précieux aux lieux qu’ils investissent.

BORELLA ART DESIGN

L’agence intervient depuis près de 30 ans dans des projets de décoration et d’architecture intérieure. Fondée par Christine et Nicola Borella, elle tient sa renommée de ce binôme complémentaire, au positionnement créatif et innovant par sa capacité à interroger en permanence ses acquis. Inspirés par leurs nombreux voyages, ils composent à partir du lieu une véritable narration, pleine de détails qui font la part belle aux matières et à l’imagination. De l’architecture d’intérieur de yachts et de résidences, aux plus beaux hôtels, le couple dessine avec passion des projets qui lui sont chers sur tous les terrains et dans toutes les régions du globe. Au Château Hochberg, en collaboration avec Lalique Interior Design Studio, Borella Art Design a pensé et mis en oeuvre un environnement sur-mesure, dans lequel le cristal se met en scène, reflétant les valeurs de la Maison Lalique.

 

LE BAR

En pénétrant dans le Château, le regard est attiré par l’imposant bar qui trône dans le lobby. Taillé, comme le desk de la réception, dans un bloc de quartz blanc, il a été dessiné sur mesure et surmonté d’un panneau en verre orné de sept motifs Dahlia. Le thème Dahlia, comme la flore en général, est récurrent dans l’oeuvre de René Lalique. Les fleurs, jouant avec la transparence des pétales, sont rehaussées de pointes d’émail noir. En hommage au savoir-faire du maître verrier, le bar fait la part belle aux contrastes entre opacité et transparence du cristal. Un somptueux lustre en cristal dessiné par la Maison de luminaires Windfall domine l’ensemble. Ses cristaux en suspension offrent un spectacle fabuleux en illuminant le plateau Dahlia. Dans les vitrines de verre qui entourent le bar et apportent une note contemporaine à l’ensemble du lieu, les carafes et les bouteilles de vin s’affichent à la vue des hôtes.

À la carte ; une sélection de 80 vins internationaux à déguster au verre. Les vins ont été sélectionnés par Romain Iltis, Chef Sommelier de la Villa René Lalique – Meilleur Sommelier de France en 2012 et Meilleur Ouvrier de France en 2015 – pour proposer un accord mets-vins idéal au restaurant et une expérience unique au bar.

Au salon, les fauteuils de velours aux coloris tendres incitent les amateurs de vin au « lâcher-prise » et à la détente dans cet espace, où convivialité et partage sont les maîtres-mots.

ROMAIN ITLIS

Déjà Meilleur Sommelier de France en 2012, il a été sacré Meilleur Ouvrier de France en 2015 dans la catégorie sommellerie. Alsacien de naissance, formé à l’école hôtelière Alexandre Dumas d’Illkirch-Graffenstaden, il a débuté chez Alain Ducasse, fait un passage au Chabichou de Courchevel puis est retourné sur sa terre natale en intégrant la Verte Vallée à Munster en qualité de Chef Sommelier. En 2012, il rejoint Jean-Georges Klein à L’Arnsbourg à Baerenthal (Moselle) puis le suit lorsque le Chef décide, en 2015, de prendre la tête des cuisines du restaurant de la Villa René Lalique. La cave de la Villa René Lalique renferme plus de 20 000 bouteilles, parmi lesquelles des vins incroyables comme le Château d’Yquem, millésime 1865. Romain Iltis veille sur cette collection exceptionnelle, qu’il a contribué à construire. Passionné, il a la volonté de transmettre son amour du vin. Ayant débuté en cuisine, il a un palais averti et sait créer des accords mets-vins qui mettent en valeur à la fois les arômes complexes des vins mais aussi la richesse des plats qu’ils accompagnent. Au Château Hochberg, Romain Iltis a su créer une large sélection de vins « plaisir », en accord avec les mets proposés, pour une expérience culinaire riche et inoubliable.

LES CHAMBRES ET LES SUITES

Ces 15 chambres et suites, toutes baignées d’une incroyable lumière, offrent douceur, confort, calme et harmonie à leurs hôtes. Le mobilier aux formes géométriques rectangulaires ou arrondies – bureau en noyer d’Amérique, têtes de lit en cuir, fauteuils en velours – a été conçu et dessiné sur mesure par l’agence Borella Art Design pour intégrer le cristal dans l’espace et ainsi mettre en valeur les réalisations de Lalique Interior Design Studio. On aime le style épuré et contemporain décliné autour de trois ambiances en référence aux panneaux décoratifs qui les habillent : Ombelle, Venise et Dahlia. Les chambres à la décoration Ombelle s’inspirent du côté végétal et floral du panneau décoratif créé par René Lalique. Dans des harmonies de vert, les fauteuils, les rideaux, les têtes de lit captent la lumière et invitent au calme et à la relaxation. Les chambres Venise, d’inspiration plus graphique, affichent des tons gris perlés et argentés, on s’y sent hors du temps.

Les chambres Dahlia, jouent, comme le laisse présager le choix du motif, avec le satiné et le transparent tout en arborant des couleurs pures, blanc et sable. Dans chacune des salles de bain, les trois motifs emblématiques de l’oeuvre de René Lalique signent les miroirs et une mosaïque claire revêt les murs et les sols. Le cristal du miroir, s’éclaire et révèle ainsi tous les détails du motif choisi. Il s’invite également dans la robinetterie haut de gamme, signée THG.

Dessins et lithographies de René Lalique, hommages au travail créatif de l’artiste, habillent les murs des chambres.

LE RESTAURANT

Le restaurant du Château Hochberg est divisé en trois salles, Dahlia, Ombelle, Venise, communiquant entre elles dans le but d’offrir aux clients des espaces conviviaux et chaleureux. Dahlia, située à l’arrière du Château, s’enorgueillit d’une magnifique cheminée ancienne surmontée d’un miroir bordé du motif du même nom. Ce dernier offre le reflet des jardins situés à l’extérieur de la pièce et apporte une extraordinaire lumière à cette salle. Ombelle, plus intimiste, en référence aux panneaux ornés de motifs poétiques et aériens, est située à l’ouest de la bâtisse et surplombe le parc à l’avant du Château. La salle est dominée par un lustre Orgue à trois rangs qui apporte une lumière enveloppante. La salle Venise quant à elle, puise son nom dans le panneau éponyme, inspiré par des souvenirs et par la passion du voyage de son fondateur. Cette salle est également utilisée pour les petits-déjeuners. Toutes parées d’un mobilier aux teintes chaudes, les trois salles offrent, dans la tradition de la Maison Lalique, un jeu de matière et de lumière qui leur confère une atmosphère chaleureuse. Tables, chaises et buffets de bois sombre aux lignes graphiques réalisés dans d’élégants matériaux bruts comme le noyer d’Amérique, ont été conçus et dessinés par Borella Art Design. L’ensemble est élégamment rehaussé par des créations Lalique et par les panneaux Eternal en cristal, le fruit de la collaboration entre l’artiste anglais de renommée mondiale, Damien Hirst, et Lalique. Dans cette œuvre, c’est le papillon, cher à la fois à René Lalique et à Damien Hirst, tous deux sensibles à la beauté magique et paradoxale du lépidoptère, à la fois éphémère et éternel, qui se décline en trois formes : Hope, Love et Beauty, figeant ainsi leur image pour l’éternité dans le cristal. Ils apportent une note artistique et une belle touche de couleurs à ces espaces de vie.

DAMIEN HIRST

Né à Bristol en 1965, Damien Hirst a grandi à Leeds. Depuis la fin des années 1980, Hirst déploie une variété de techniques – installation, sculpture, peinture et dessin – pour explorer les relations complexes entre l’art, la vie et la mort. Depuis 1987, plus de 80 expositions consacrées exclusivement à Damien Hirst ont eu lieu dans le monde entier, et ses oeuvres ont été présentées dans plus de 260 expositions collectives. Damien Hirst s’est vu décerné le Prix Turner en 1995.

Dans ce restaurant moderne et convivial d’une capacité de 60 couverts, le Chef Eric Frieden nous propose une carte à l’esprit « bistrot chic ».

Au menu, une cuisine créative et raffinée à base de produits locaux de saison, inspirée de celle de Jérôme Schilling, Chef Exécutif du restaurant deux étoiles de la Villa René Lalique. Le terroir alsacien est à l’honneur dans cette carte réalisée à quatre mains, où chaque plat laisse transparaître la personnalité des deux hommes.

L’objectif : faire découvrir ou re-découvrir le produit brut sans le dénaturer afin de créer une expérience où les mets et les vins, sélectionnés par Romain Iltis, trouvent une parfaite harmonie.

ÉRIC FRIEDEN

Il a commencé son apprentissage en 1986 au Château d’Adomenil près de Lunéville, restaurant une étoile au Guide Michelin, puis il part en Allemagne, où il travaille notamment à Berlin au Landhaus et dans différents restaurants gastronomiques du pays. Il continuera à voyager en passant par L’Ermitage, restaurant étoilé près de Montreux en Suisse, puis l’Italie et l’Irlande où il travaille en tant que Chef Exécutif. De retour en France, il décide d’ouvrir son propre restaurant, à Saint Dié, le Petit Chantilly, où il officiera de 2008 à 2015. Fort de son expérience et de sa connaissance des produits du terroir, il s’est lancé dans l’aventure du Château Hochberg. Il y propose une carte où les produits de saison sont magnifiés. Le Chef Eric Frieden a à cœur de mettre à l’honneur les producteurs locaux avec qui il a plaisir à travailler à l’instar de l’artisan charcutier Patrick Janes.

JÉRÔME SCHILLING

Alsacien de naissance, Jérôme Schilling a fait ses armes auprès de grands noms de la gastronomie française ; Hubert Maetz d’abord, à ses débuts au restaurant étoilé Rosenmeer, puis les Chefs triplement étoilés Joël Robuchon et Roger Vergé ou encore Thierry Marx et Jean-Luc Rocha. En 2009, il intègre la Maison Lassausaie, restaurant doublement étoilé à côté de Lyon, où il officie jusqu’en 2015 en tant que Chef aux côtés du grand Guy Lassausaie, Meilleur Ouvrier de France 1993. Cette année-là, de retour en Alsace, il participe à l’ouverture du restaurant de la Villa René Lalique avec le Chef triplement étoilé Jean-Georges Klein. Depuis septembre 2015, il y dirige une équipe de quinze personnes en tant que Chef Exécutif. À peine trois mois après son ouverture, le restaurant de la Villa René Lalique s’est vu récompenser de deux étoiles au Guide Michelin. Jérôme Schilling est aussi un homme de concours.

En 2015, il est finaliste du prestigieux concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France ». En 2013, second au Challenge Culinaire du Président de la République ainsi qu’au Prix Culinaire Prosper Montagné. En 2010 : 1er Prix du Trophée Henry Huck à Illkirch-Graffenstaden. La même année, il encadre l’équipe de France au Bocuse d’Or Europe et Monde. Au Château Hochberg, le Chef Jérôme Schilling insuffle son esprit culinaire au Chef Eric Frieden pour transmettre sa passion et sa technique à travers une cuisine de saison, créative et raffinée.

 www.chateauhochberg.com

Maison & Jardin Magazine