Un design réfléchi et multifonctionnel avec une belle apparence inoubliable. Malgorzata Hinz a créé NANASHI, un design si étonnant qu’il peut à la fois créer la bonne ambiance lumineuse et fonctionner comme un diviseur d’espace moderne.

Le mercredi 4 avril, le Bolia Design Awards a dévoilé trois designs innovants qui sont sur le point de définir les standards du futur univers du design. Le jury a reçu plus de 350 idées de design intelligentes avec des détails étonnants, une esthétique fascinante et des caractéristiques réfléchies créées pour l’avenir. Inutile de dire que le niveau était extrêmement élevé et la concurrence féroce, ce qui a impressionné le jury.

 

L’un de ces lauréats est Malgorzata Hinz. Elle nous explique sa démarche.

Les espaces ouverts et fermés dans un intérieur, sont des contradictions qui constituent l’essence même de l’architecture. Un espace fermé apporte l’isolement favorable au repos, à la réflexion et à la concentration nécessaires pour arriver au confort mental et spirituel. Un espace fermé individuel apporte un sentiment de sécurité et de réconfort.

Alors qu’un espace ouvert apporte un sentiment de liberté favorisant la créativité et l’échange.

Aucune règle ne nous impose de vivre dans tel ou tel type d’espace. Nous trouvons notre confort dans un mélange divers de sentiments physiques émotionnels et intellectuels impossibles à mesurer.

J’ai donc décidé de m’atteler à la dualité des besoins humains en terme d’espace en créant une solution de personnalisation d’espace. J’ai donc imaginé un écran compact NANASHI.

Les espaces de rangement dédiés aux vêtements, sont souvent constitué de portant. Ces espaces souffrent en général d’un manque d’intimité. En plus de favoriser l’intimité, NANASHI peut également assurer les fonctions d’éclairage reflet d’humeur et de cloison de séparation. Un miroir et des cintres dissimulés dans la partie en bois viennent compléter cet ensemble. De petite taille, il trouve facilement sa place de rangement dans votre garde-robe.

La forme de NANASHI s’est imposée à moi après avoir fait une mind-map. Celle-ci m’a amenée du mot « écran » au mot « Japon », puis évidement au mot « Geisha » puis finalement au mot « éventail » qui donne sa forme à mon écran. Cette forme collait tout à fait à l’impression de légèreté que je souhaitais donner à l’objet, mais également à sa fonction d’éclairage.

Le plus grand challenge a été de trouver un matériau qui soit à la fois assez solide pour constituer un éventail géant et assez léger pour apporter un plissé uniforme et lisse.

Maison & Jardin Magazine