Depuis vingt-cinq ans, la boutique Anatolie Kilim de Saint-Germain-des-Prés commercialise des kilims. Chaque pièce est unique et raconte l’histoire d’une tribu ou d’un village que le propriétaire, Enbiya Cigdem se fera une joie de vous raconter.

Entre mystère et tradition, le kilim fait partie de la grande famille des tapis d’Orient. « Le kilim est un tapis traditionnel, il est tissé, au lieu d’être noué. Le tissage résulte de l’entrecroisement de fils verticaux (les chaînes) avec des fils horizontaux (les trames) dessinant le motif. Il est essentiellement en laine et coloré par des teintures végétales.

 

Une tradition familiale 

Le kilim est d’abord d’usage familial. Par jeu la fillette passe quelques brins de laine sur la chaîne tendue par sa mère ; la jeune fille le tisse pour son prochain mariage, c’est l’objet qui portera témoignage de ses vertus et de sa sensibilité. Femmes et jeunes filles jettent ainsi dans le champ et aux bordures des kilims des fleurs stylisées, des animaux mêlés à des signes ésotériques ou encore de simples constructions géométriques.

De toutes régions et bien différent encore de village en village, objet d’une constante émulation entre toutes les familles, évoluant par le gré des alliances ou de la force des migrations, le kilim présente en chacun de ses exemplaires une remarquable originalité.

Lors de ses voyages en Cappadoce, région de l’Anatolie centrale, M. Cigdem sélectionne chacun des kilims pour leur finesse, rareté et originalité.

En parallèle, la boutique propose des fauteuils vintages de création française. Associés aux kilims anciens d’Anatolie, ils forment un mobilier design et unique. L’habillage des fauteuils est réalisé à Paris par un artisan tapissier.

Anatolie Kilim fournit également un service de nettoyage et de restauration des kilims et des tapis noués. Les travaux de restauration sont faits par Mireille Garrigues, forte d’une expérience d’une vingtaine d’années, dans la boutique sous les yeux des passants.

www.anatoliekilim.fr

Maison & Jardin Magazine