© Leroy Merlin

Première source d’énergie renouvelable consommée en France, le chauffage au bois domestique allie atouts environnementaux et économiques.

Poêle à granulés, à buches, de masse, insert, cheminée à foyer ouvert, aujourd’hui le choix ne manque pas. L’offre en matière d’appareils de chauffage au bois s’est démultipliée ces dernières années. Chacun d’entre eux possèdent à la fois des avantages et des inconvénients. Ils peuvent être plus ou moins économes, plus ou moins onéreux, plus ou moins autonomes, plus ou moins polluants ou bien encore ne seront pas forcément adaptés à tout type d’habitation. Les critères de choix seront donc multiples et tiendront tant au budget que l’on désire consacrer, que des installations déjà présentes dans la maison ou de ses choix esthétiques personnels.

 

Critères

Le design donc.  Il n’est surtout pas à négliger. Et pour cause ! L’appareil de chauffage ne va pas manquer de devenir une pièce incontournable de la décoration de la pièce. Forme, couleur, taille tout compte sachant qu’il faudra également concilier tout cela avec d’incontournables impératifs techniques. Et d’autres critères tout aussi importants sinon plus. C’est, particulièrement, le cas du rendement, paramètre essentiel pour choisir son appareil de chauffage à bois. Plus celui-ci est élevé, plus la perte de chaleur restituée est faible. A titre d’exemple un appareil à bûches permet d’atteindre un rendement de 60 à 80 % tandis qu’un poêle à granulés peut atteindre les 85 %. Mais, dans le même temps, ces derniers sont moins esthétiques et plus onéreux.

Revient donc, en boucle, la question du prix de l’appareil. Difficile d’en trouver de vraiment efficaces à moins de 500 euros (dans certains cas le prix d’achat peut monter jusqu’à plusieurs milliers d’euros). Mais il faut toujours avoir à l ‘esprit les économies énergétiques qu’il va permettre de réaliser. Plus qu’un achat, il s’agit donc d’un véritable investissement qu’il faut regarder comme tel.

Crédit d’impôt

Pour promouvoir l’utilisation du bois par des appareils de chauffage, le label Flamme Verte a été lancé en 2000 par les fabricants d’appareils domestiques avec le concours de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Pour en bénéficier le rendement de l’appareil doit être au minimum de 70 %. Le label Flamme Verte permet de bénéficier d’un crédit d’impôt pour la transition énergétique de 30% sur le montant TTC de l’appareil. A méditer…

Maison & Jardin Magazine