En janvier, la chasse au dragon est ouverte ! Ou presque… On ne part pas sur la piste d’un énorme animal griffu. On traque plus sagement le Dracaena, dont le nom vient du grec drakaina signifiant dragon femelle. Facile à apprivoiser, il mettra aussi une bonne ambiance dans le salon.

Un dragon aux canaries

Il cache bien son jeu ce Dracaena. Là, planté au milieu du salon, en version mini ou géante, il fait le beau. Or, il est bien plus que beau. Il est sauvage, charismatique, étrange … Originaire du sud de l’Asie et d’Amérique centrale, il s’épanouit aussi en Afrique et dans les îles et archipels voisins, Madère, le Cap Vert et surtout les Canaries où il tient une place à part. Il est ainsi le symbole de Tenerife. Dans le village de Icod de los Vinos, se trouve le plus vieux Dracaena du monde. Surnommé El Drago Milenario, « le Dragon millénaire », on estime son âge entre 250 et 350 ans… Massif et imposant, il est couronné d’un feuillage dense. Vedette du lieu, il est photographié par les touristes de passage et exposé sur les réseaux sociaux. Un véritable mythe !

Pas bête cette plante

A quoi reconnaît-on un Dracaena ? A son ou ses troncs robustes… Cet attribut caractéristique a bien évidemment une fonction. Il permet de stocker l’eau. Résultat : on peut oublier (quelques temps) d’arroser son Dracaena… Un véritable atout, surtout en cette période hivernale où l’on a plus envie d’hiberner que de s’occuper de ses plantes : il ne demande qu’un peu de chaleur, d’humidité et de lumière pour déployer tous ces charmes…

 

Une plante verte qui voit rouge

Dans la famille des Dracaenas, on demande le Draco. Également surnommé le dragonnier des Canaries, il est heureux aussi bien en pot dans la maison, où il atteindra une taille maximum de 2 m et une envergure maximale de 1,50 m, que dans la nature où il peut avoir des mensurations bien plus impressionnantes avec une hauteur de 20 mètres et une envergure de 8 à 9 mètres. Un géant qui a le sang chaud ! Ou plutôt bien rouge !!!! Sa sève écarlate est utilisée dans l’industrie de la peinture. Plus besoin de vous faire un tableau sur le potentiel de cette plante…

Le dracaena se taille une place de choix dans la maison

Qu’il ait des allures de géant ou des mensurations riquiqui, le Dracaena donne envie d’être domestiqué. Avec ses feuilles fines et pointues ou larges et souples, vertes, jaunes ou dorées, parfois sublimées d’une touche de rose ou de rouge, il sait au premier coup d’œil se faire adopter. Le voilà protégeant de son ombre douce un confortable canapé. Le voici attirant tous les regards posé sur une table. On l’aime en solo comme en tribu, agencé, multiplié … Pas de doute, ce dragon là a toute sa place chez nous !

Quelques conseils pour le domestiquer

Le Dracaena aime la lumière mais on évite de le placer en plein soleil.

On ne l’arrose que quand sa terre est un peu sèche et on évite de laisser de l’eau dans le fond du pot.

Au printemps et en été seulement, on lui offre une dose d’engrais pour plantes d’intérieur toutes les six semaines.

On veille à ce qu’il n’ait jamais froid avec une température intérieure qui ne tombe pas en dessous de 10°.

Plante d’intérieur du mois

Le Dracaena est la plante d’intérieur du mois de janvier 2018. « La Plante d’intérieur du mois » est une initiative de l’Office Hollandais des Fleurs. Chaque mois, l’Office Hollandais des Fleurs, en coopération avec des représentants du secteur de l’horticulture ornementale, sélectionne une plante populaire auprès du grand public, ou au contraire pas (encore) très connue, mais qui a le potentiel de se plaire dans le salon. Parce que les plantes sont source de bonheur…

Crédit photo: MaPlanteMonBonheur.fr 

Maison & Jardin Magazine