Maison et Jardin Magazine photo de la famille d'architectes bechuAnthony, Aliénor et Clémence, architectes de père en filles

Architectes de père en filles, les Bechu sont en mesure de réaliser de A à Z des projets prestigieux, de la conception à l’aménagement intérieur. 

Anthony Bechu, le fondateur

Mais comme toute belle histoire, celle-ci a un début. Et pour le découvrir, il faut accepter de voyager un peu dans le temps. Quand Anthony Bechu reprend les rênes de l’agence d’architecture qui porte le nom de sa famille, il n’imagine pas en faire une entreprise florissante. Une référence dans le domaine du patrimoine mais aussi dans celui des grands ouvrages éco-conçus, sollicitée sur des chantiers aussi prestigieux que :

  • l’Olympia
  • Le Cirque d’Hiver
  • La Place Vendôme
  • La tour D2 icône de La Défense
  • L’université Mohamed VI Polytechnique de Laâyoune au Maroc.
plan large d'un batîment universitsaire
Une référence dans le domaine du patrimoine et des grands ouvrages éco-conçus

Secrètement, celui qui malgré sa renommée n’a rien perdu de son regard espiègle espère voir ses filles lui succéder.

Aliénor, l’architecte d’intérieur

Un vœu que le destin s’empresse d’exaucer en plongeant Aliénor dans le grand livre de l’aventure familiale. Après une licence d’histoire de l’art à la Sorbonne et une escapade d’une année en Angleterre, elle rentre à Paris et poursuit des études d’architecture et de design d’intérieur à l’école Camondo. Diplôme en poche, elle conçoit comme une évidence de collaborer avec son père, le regard tourné vers cette filiation qu’il lui appartient désormais de marquer de son empreinte. Une fois Aliénor intégrée au groupe familial, Anthony a-t-il coché la première case de sa To Do List ? L’histoire ne le dit pas.

jolie chambre style 1950 dans ls tons pastels
Un magnifique exemple de décoration intérieure

Clémence, la directrice du développement

Toujours est-il que le destin (encore lui) avait décidé de satisfaire les moindres doléances de notre architecte. Place donc à présent à Clémence ! À la différence de sa cadette, elle aura savamment entretenu le suspense quant à son avenir professionnel. Après un master à l’ESCP et deux années au sein du groupe Cap Gemini Consulting, elle crée avec son époux WineSitting, entreprise leader dans le secteur du stockage de vins. Mais quand on s’appelle Bechu, une main invisible vous pousse irrésistiblement vers l’agence d’architecture familiale. Et c’est en 2014 que Clémence rejoint (enfin !) son père et sa sœur, pour former un trio soudé autour d’une ambition commune.

salon dans les tons beige avec en fond un escalier sur mesure en fond
Un magnifique exemple de sobriété

Deux agences complémentaires

Les rôles ainsi distribués, la suite s’écrit en lettres d’or. Les deux agences – Bechu & Associés et Volume ABC – peuvent travailler isolément ou collaborer sur des projets conjoints. La première intervient sur le bâti à l’échelle de la ville ou du bâtiment, tandis que la seconde repense la volumétrie intérieure en fonction des besoins et des usages de ses clients. À cela s’ajoute le design de mobilier. Canapés, bureaux, têtes de lits, lampes ou bibliothèques venant rehausser une décoration d’intérieur conçue comme un ensemble harmonieux, où chaque élément est une partie indissociable du tout

Un bel exemple de réalisation hôtelière

L’Hôtel 5* le Miramar La Cigale, livré en 2015, illustre à merveille la façon dont s’articulent les compétences des deux agences sur le temps long. Il s’est agi tout d’abord de réhabiliter un bâtiment classé de 15000 m² construit il y a vingt ans et de repenser tout son intérieur. Une fois cette étape achevée, une construction neuve de 4273 m² a vu le jour en 2018 : des suites faisant face à l’hôtel originel et s’insérant parfaitement dans le paysage. Enfin, un parcours marin a été adjoint à l’ensemble en 2019. D’une superficie de 600 m²  il répond aux exigences pointues des clients qui séjournent à l’hôtel en cure de thalassothérapie.

La découverte des lieux s’apparente à un voyage onirique au cœur d’un écosystème marin. Un vocabulaire adapté guide le visiteur à travers un entrelacs de lignes courbes, qui évoquent les flots ondoyants. Jouant volontiers avec les échelles, les architectes ont écrit un récit visuel qui se lit à mesure que l’on progresse dans l’hôtel. Si le sol du hall d’entrée évoque les courants marins, les chambres se positionnent quant à elles à l’échelle du coquillage. Écrin nacré où le blanc et l’argenté s’entremêlent en un dialogue subtil et délicat. Le vivant est ici convoqué, mais il est magnifié et comme sublimé. Bio-inspiration plutôt que mimétisme…

« Construire, c’est collaborer avec la terre : c’est mettre une marque humaine sur un paysage qui en sera modifié à jamais »


Marguerite Yourcenar

Une phrase qui résume à elle seule le travail remarquable d’Anthony, Clémence, Aliénor et leurs équipes.

Maison & Jardin Magazine