“Moderne éclectique” est le look emblématique de la décoratrice d’intérieur Jessica Gersten. Son goût pour les antiquités d’exception mélangées à des créations contemporaines fait la spécificité de son travail. En étroite collaboration avec ses clients, Jessica cherche à créer des espaces qui provoquent des émotions.

Un changement de cap vers une carrière de décoratrice d’intérieur

Avant de créer sa propre entreprise de décoration d’intérieur, Jessica a œuvré plusieurs années dans le secteur de la mode. Elle a travaillé pour des marques de renommée mondiale telles que Polo Ralph Lauren, Giorgio Armani et Kenneth Cole. Cela lui a permis d’affiner son sens de l’équilibre, des couleurs, de la texture et des proportions. Son passage au design d’intérieur s’est donc fait naturellement : Jessica Gersten Interiors est née.

Avec Jessica, la déco commence par des couleurs de base neutres, des formes organiques et des motifs et textures ethniques. Elle cultive ensuite un style distinctif. Elle dispose des touches de lumière par des appliques du milieu du 20eme siècle. Des sculptures audacieuses et des pièces de mobilier moderne viennent compléter le tout. Elle réalise des projets résidentiels à Manhattan, ou New York ou dans le New Jersey à Tenafly Home par exemple…

Projet résidentiel Tenafly Home

À Tenafly, dans le New Jersey, Jessica Gersten rénove complètement cette maison. Les éléments naturels forment la base d’intérieurs luxueux, dominés par une palette chaude et neutre. Les clients, Danielle et Troy Gregory, ont souhaité un fil conducteur dans la décoration de leur maison. Cela s’est traduit pas un motif constitué de métal, d’or et d’argent.

« Nous voulions ressentir l’importance de la terre dans la maison », déclare Jessica Gersten. « Nous voulions qu’il y ait un lien avec la nature dans chaque pièce. »

Amangiri à Tenafly Home

La station balnéaire d’Amangiri dans le désert de l’Utah a également inspiré une installation artistique pour Tenafly Home. Il s’agit d’un ensemble imposant d’avions géométriques en béton qui reproduisent avec talent la beauté sauvage de la région. Cette installation s’orne de décors en matériaux, de teintes et de textures naturels. Cela peut paraitre incongru pour une maison dans la banlieue du New Jersey. Mais pour les Gregory, les matériaux organiques et l’échelle monumentale de l’installation créent un sentiment de sérénité, et d’apaisement.

Une sensibilité à la source de tout choix décoratif

Cette sensibilité se ressent également très bien dans la lumineuse salle familiale. Les canapés Togo, de Michel Ducaroy pour Ligne Roset, ressemblant à des chenilles. Un tissu de Donghia anthracite et blanc qui donne l’apparence de la pierre les recouvre. Cette allusion à la nature se révèle également dans le motif minéral du tapis tibétain sur mesure. La continuité avec l’extérieur assurée par une loggia à revêtement de calcaire, renforce ce lien avec la nature. Cette loggia peut être fermée à l’aide de tamis à mailles et chauffée.

Jeu de proportions

Construite par l’architecte Anthony Minichetti, la maison Tenafly était une bonne opportunité pour Jessica Gersten. Elle venait de terminer une série d’appartements à Manhattan. Elle rêvait donc d’un chantier aux proportions plus grandes comme cette résidence. De la mode, la décoratrice d’intérieur a conservé la nécessité de jouer avec les textures. Les couleurs et les proportions sont pour elle autant d’occasion de créer un ensemble homogène.

Elle joue avec la taille de la pièce et la façon dont toutes les proportions du mobilier se répondent. Jessica pousse la réflexion jusqu’à créer une relation entre la texture du tapis et le rembourrage des canapés. Elle recherche ainsi le juste équilibre entre dureté et moelleux. Cette philosophie est évidente dans la pièce “masculine” de la maison. Les tables de laiton en forme de tronc d’arbre de Boca Do Lobo et un bar en onyx gris contrastent avec le canapé A Rudin recouvert de tissu métallique.

Une recherche constante d’harmonie

Dans le salon, des canapés Minotti Hamilton sectionals dynamisent la circulation. Les tables basses Mushroom City aux finitions en laiton et en étain noirci de tailles variées complètent l’ensemble.

La cuisine est pensée dans la même veine, en taupe. Elle offre des rangements aux portes brillantes. Ses plans de travail sont constitués de pierre striée. Le luminaire du Studio Van den Akker y apporte un éclairage ambré. Les sièges baquets Arete en chrome et en cuir sont une autre référence subtile aux 70’s. Petit clin d’œil de la décoratrice d’intérieur au goût prononcé de Danielle pour les intérieurs des films de James Bond de cette époque. Cette référence se vérifie aussi dans la chambre du fils adolescent, grâce notamment à une chaise vintage Pierre Paulin.

© Jessica Gersten Interiors / Chris Lombardo

Maison & Jardin Magazine