L’architecte Jean-Louis Deniot figure parmi les plus grands mondiaux; connu pour son architecture et design. Il œuvre depuis une vingtaine d’années dans cette immense industrie.

Jean-Louis Deniot : une approche intime et raffinée de l’architecture

Reconnu pour ses intérieurs éclectiques et emblématiques, Jean-Louis Deniot joue avec une multiplicité de répertoires. Il laisse sa formation académique se traduire par une sollicitation à la fois codifiée et audacieuse. Ses décors sont son terrain de jeu ; des espaces où la spontanéité et la magie sont de rigueur.

Le style Deniot oscille harmonieusement entre minimalisme et abondance. Il crée l’équilibre et l’osmose, compensant la facette parfois rigide de l’architecture par une approche intime raffinée. Grand amateur de motifs iconiques, ses décors ne manquent pas de matières et de textures saisissantes. Elles sont soulignées par de subtiles palettes de couleurs. À la frontière du classique et du contemporain, les projets de l’architecte d’intérieur Jean-Louis Deniot sont élégants et émouvants, empreints de clins d’œil à d’autres époques, mais toujours singuliers.

Une maison de ville signée par l’architecte Jean-Louis Deniot à New-York

Derrière la porte d’entrée d’une maison de ville classique de l’Upper East Side, New York, un escalier en laiton invite à une entrée royale.

L’architecte décorateur d’intérieur Jean-Louis Deniot a réalisé la rénovation et la réhabilitation de ce trésor historique de quatre étages; datant de 1899. Il entreprit ce projet avec vigueur et curiosité, concevant des esthétiques de design inédites. L’entrée est conçue comme une composition de différentes époques. Elle est ancrée par des chaises italiennes du milieu du siècle, une console française Louis XV et les appliques Melange de Kelly Wearstler.

Le mobilier sur-mesure du salon est surplombé du lustre Volubile de Hervé Van der Straeten. La ligne basse du canapé incurvé et les touches de bleu donnent de la dynamique à la pièce aux tons beige-gris.



Des sièges personnalisés et une table basse Paul Evans s’intègrent avec justesse dans la chaleureuse bibliothèque, qui dispose également d’une télévision cachée au-dessus de la cheminée Louis XVI.

La façade, historiquement protégée, exigeait la conservation parfaite des fenêtres d’origine. Encadrées de métal dans la cuisine, elles renaissent ici sous un aspect plus industriel. 

La salle à manger, embrassée par la majestueuse fresque de Florence Girette, invite à la rêverie et la contemplation. Les fauteuils en velours agrémentent une imposante table en chêne gris, l’ensemble couronné de deux lustres signés Hervé Van der Straeten. À l’instar des intérieurs français du XVIIème, la salle à manger est véritablement la pièce maîtresse de la maison.

Les chambres ont été rénovées par l’architecte de façon à être plus spacieuses et lumineuses.

Maison & Jardin Magazine