L’HEURE BLEUE de PEDER SEVERIN KRØYER

Le musée Marmottan Monet présente, du 28 janvier au 25 juillet 2021, la première exposition monographique jamais consacrée en France à l’un des plus grands maîtres de la peinture danoise, Peder Severin Krøyer (1851-1909). Contemporain de Vilhelm Hammershøi (1864-1916), le peintre est au plein air ce que son contemporain fut à la scène d’intérieur. Exposition placée sous le haut patronage de la Reine Margrethe II du Danemark.

L’heure bleue danoise

Plus de soixante chefs-d’œuvre provenant de la collection du musée de Skagen – dépositaire d’un des premiers fonds mondiaux de l’artiste – du musée de Göteborg mais aussi des musées de Copenhague, Alkersum-Föhr, Lübeck, Kiel, Budapest et Paris mettent à l’honneur ce remarquable interprète de l’heure bleue. L’heure bleue c’est ce phénomène météorologique qui précède le crépuscule et se déploie surtout aux lointains bords de mer septentrionaux.

Élève de Frederik Vermehren à l’académie danoise royale des arts puis de Léon Bonnat à Paris, Krøyer entame une carrière officielle remarquée de Copenhague à Paris. À partir de 1882, il partage son temps entre la capitale danoise et le village de pêcheur de Skagen, où s’installe une colonie d’artistes.

Situé aux confins du Danemark, là où les courants de la mer du nord et de la baltique se rejoignent, le lieu est connu pour sa lumière : franche, cristalline et ses jours interminables à l’approche de la Saint Jean (23 juin). Très au nord, Skagen est l’un des lieux où l’apparition de l’heure bleue se donne particulièrement à voir et à peindre… C’est à cette période de la vie et de l’œuvre de Peder Severin Krøyer que s’intéresse l’exposition du musée Marmottan.

Quel que soit le sujet de ces tableaux, le théâtre de l’action reste le même. Krøyer pose son chevalet sur la plage de Skagen. Il peint l’union du sable, de la mer et du ciel. Les autres aspects du quotidien à Skagen ont ensuite la part belle. Les baignades enfantines occupent une place centrale. Merveilleusement rendu, l’enthousiasme des plus jeunes courant à perdre haleine pour se jeter dans l’eau transfigure de son élan vital les scènes souvent crépusculaires. Elles sont prétextes une fois encore, à des études de bleus.

L’école de Skagen : la lumière pour matière

Viennent enfin les évocations de la colonie d’artistes connue sous le nom d’école de Skagen. Sous son pinceau, c’est toute la société éclairée de Skagen qui prend vie.

On découvre au détour des œuvres les peintres Michael et Anna Ancher, Oscar Björck ou encore l’auteur Holger Drachmann. L’iconique portrait de Marie dans le jardin de la maison du peintre intitulé Roses (1893, Skagen, Skagens Kunstmuseer) témoigne de l’intimité des Krøyer. Ses années de partage inspirent Hip Hip Hip Hourra ! (1888, Göteborg, Gothenburg Museum of Art) Ce dernier est prêté grâce au soutien exceptionnel du musée de Göteborgoù un banquet immortalisé dans le jardin des Ancher fait sensation à l’Exposition universelle de 1889 à Paris.

Intitulé Après-midi d’été sur la plage sud de Skagen (1893, Skagen, Skagens Kunsmuseer) ce chef-d’œuvre est incontestablement la toile la plus illustre de Peder Severin Krøyer et sans doute la plus poétique. La présence de ce trésor danois témoigne à lui seul du caractère sans précédent de l’expo du musée du 2 rue Louis Boilly.

Commissaire général : Marianne Mathieu, Historienne de l’art, Directrice scientifique du musée Marmottan Monet

Commissaires : Dominique Lobstein, Historien de l’art / Mette Harbo Lehman, Conservatrice, Skagen Kunsmuseer

Maison & Jardin Magazine