Tag

monde d’après

Browsing

Chloé Lussange est designer symbiotique, une exploratrice des possibles qui navigue entre design industriel et créations artistiques.

Chloé Lussange a créé les Symbionautes, « un laboratoire d’expérimentations. L’idée est de travailler à plusieurs sur des disciplines transverses, d’imaginer le monde d’après-demain ». Cette démarche a été initiée en réponse à la société ambiante très anxiogène. Chloé Lussange s’interroge désormais sur le monde qui pourrait exister après les crises. Elle souhaite « éveiller les imaginaires à l’exploration de nouveaux champs des possibles, créer et partager des visions du présent à l’aune de l’avenir ».

Pensez le monde d’après

designer symbiotique

« Mon objectif est de construire le monde d’après en ouvrant le débat, en lançant les discussions. Je crois profondément qu’après l’ère des technologies, la prochaine grande révolution civilisationnelle sera biomimétique. La Nature a 4,5 milliards d’années d’innovation d’avance sur nous. Elle a tellement à nous apprendre ».

Créer un orgue végétal

designer symbiotique

Partant de ce constat, Chloé Lussange a conçu Phytopia, une structure qui « aborde tout avec ce prisme d’avenir et de végétalisation. En effet, si nous augmentons de 10 % la masse végétale dans le monde, nous diminuerions de 1° sa température ». Ce challenge a poussé Chloé Lussange a inventer un système de mobilier végétal autonome, une bulle végétale pour intérieurs. 

Apprentie Léonard de Vinci

L’une des créations de cette designer symbiotique est un système appelé physarium, inspiré de la nature, a poussé la réflexion de Chloé Lussange plus loin. « Mon ambition est de créer un orgue végétal en captant la protéodie des plantes, et de laisser libre cours à leurs mélodies ». Chloé Lussange mène ce projet mêlant artistique et écologie, poussant la réflexion plus loin, comme le luminaire végétal, « parfait exemple de symbiose. En effet, les luminaires s’alimentent de l’énergie dégagée par la photosynthèse de la plante. La lumière émise imitant les rayons du soleil, profitent ainsi à la plante pour réaliser leur photosynthèse ».

Tout un programme multidisciplinaire à l’image des recherches de Léonard de Vinci.