Tag

artiste célèbre

Browsing

Jusqu’au 21 Janvier 2024, le musée de l’Hospice Comtesse de Lille présente une exposition Street Art exceptionnelle, consacrée à Jef Aérosol. Dans le prolongement du 40e anniversaire de son premier pochoir personnalisé, la première rétrospective Jef Aerosol Stories propose une compilation d’instantanés, de souvenirs et de bribes d’aventures de cet illustre peintre, musicien, et lillois d’adoption. Les œuvres de l’artiste célèbre, marquées par sa fameuse flèche rouge, sont désormais ancrées dans une imagerie populaire. Parmi ses œuvres les plus emblématiques, on retrouve l’autoportrait « Chuuuttt !!! » à Paris et la fresque « Waz’ Up » à Lille. Une plongée dans le processus créatif des pochoirs, fresques de rue et toiles conçues dans l’intimité de son atelier.

Une exposition en deux mouvements

Cette exposition Street Art présente une rétrospective des œuvres phares de l’artiste dans l’ancienne Salle des malades de ce lieu de culture lillois. Un événement en collaboration avec les galeristes Mathilde et Gautier Jourdain, spécialistes de l’art urbain et commissaires d’exposition.

De Jean-François Perroy à Jef Aérosol : l’évolution d’un artiste

exposition Street Art

Jef Aérosol fait partie de la première vague du Street Art des années 1980. Sa révélation survient en 1981 lors d’un concert du groupe Clash. L’artiste Futura 2000 réalise alors en direct une grande toile de fond de scène avec une bombe aérosol. C’est à ce moment précis que Jean-François Perroy laisse place à Jef Aérosol, futur peintre de Street Art. L’artiste replace progressivement l’être humain au cœur des cités de béton. Il peint alors les visages de personnalités comme Elvis Presley, Gandhi, Lennon, Hendrix, Dylan, Serge Gainsbourg et bien d’autres… Il dédie cependant une grande partie de son travail aux anonymes des rues. Musiciens, enfants, sans-abris, il dessine les silhouettes grandeur nature, en noir et blanc, toujours marquées de sa flèche rouge. Cette exposition Street Art revient sur ces œuvres au succès international.

L’univers de Jef Aérosol : une fenêtre sur le monde

Pour Mathilde et Gautier Jourdain, Jef Aérosol a constitué en 40 ans une immense galerie d’individus, avec élégance et bienveillance. Il leur confère une image populaire et accessible. Avec sa bombe aérosol et ses pochoirs, l’artiste crée des peintures réalistes multicouches au résultat incomparable. Un rendu parfois semblable à celui d’un photographe. Plus poétique que politique, le message de cette figure emblématique est avant tout humaniste. L’émotion dans les yeux de ses personnages reflète le regard de l’artiste sur l’humanité et son époque. Son œuvre est comme une fenêtre ouverte sur le monde, révélant sa dimension tragique, poétique, merveilleuse et désolée.

Le Musée d’Art Moderne de Paris accueille l’exposition surréaliste de Dana Schutz « Le Monde Visible », jusqu’ au 11 février 2024. Pour la première fois en France, ce lieu culturel emblématique révèle le travail d’une artiste américaine de renommée internationale.

Son exposition surréaliste, une plongée dans l’imaginaire de Dana Schutz

exposition surréaliste

Dana Schutz dévoile une quarantaine de peintures, ainsi qu’une vingtaine de dessins, gravures et sculptures contemporaines. L’exposition surréaliste nous plonge dans un monde où l’imaginaire se mêle à la réalité. Personnages turbulents, situations folles ou encore désastres physiques, l’artiste dresse le portrait d’un monde dystopique. Son mouvement artistique défie ainsi les notions traditionnelles de beauté.

Des expressions artistiques variées

exposition surréaliste

Sa maîtrise des couleurs et son style de peinture unique confèrent une tension dramatique à ses compositions complexes. L’exposition surréaliste met alors en lumière une peinture colorée, dépeignant des scènes imaginaires. Toutes s’inspirent des situations hypothétiques et des corps improbables, subtil mélange entre la vie et le langage contemporain.

Un langage artistique explorant des thèmes profonds

Dana Schutz révèle des thèmes intangibles, souvent teintés d’humour et illustrant les grands enjeux contemporains. Par ailleurs, l’artiste célèbre a récemment intégré la sculpture à sa pratique, enrichissant son langage artistique. Ses influences s’étendent de Brueghel à Alice Neel, des références bien présentes dans cette exposition surréaliste. Ses toiles présentent des volumes de manière allégorique, peuplées de personnages colorés, évoluant dans un monde post-apocalyptique.

Une réflexion sur l’art et la société à travers une exposition surréaliste

La peintre américaine s’inspire de l’histoire de l’art pour faire vivre son œuvre. Elle y évoque entre autres l’obsolescence d’un monde malade et la vanité des mythologies contemporaines. Ses réalisations reflètent également l’incommunicabilité entre les êtres. L’exposition, « Le Monde Visible » emprunte son titre à l’un de ses célèbres tableaux, offrant un savoureux mélange entre une proposition et une contradiction, révélant l’informe et l’imaginaire.

Le Musée d’Art Moderne de Paris co organise l’événement aux côtés du Louisiana Museum of Modern Art de Humlebæk, au Danemark.

La Galerie Mathgoth accueille une exposition immersive exceptionnelle consacrée à Gérard Zlotykamien, alias ZLOTY, du 23 septembre au 28 octobre 2023. Ce lieu de culture parisien propose une rétrospective hors norme à l’occasion des 60 ans de ses premières interventions urbaines. Une plongée dans l’univers de l’un des premiers peintres Street Art, un artiste célèbre et engagé.

Le maître de l’art urbain libre

exposition immersive

Cette exposition immersive propose de revenir sur “60 ans d’Éphémère”, depuis 1963, lorsque Zlotykamien s’envole pour l’Angleterre. Il réalise alors ses premières œuvres de Street Art, en utilisant des poires à lavement remplies de peinture acrylique. Cette année-là, la censure d’une œuvre d’Arroyo pour des raisons diplomatiques le pousse à se détacher du monde de l’art conventionnel. Après quoi, il décide de peindre directement dans l’espace public. Il donne ainsi naissance au Street Art, un mouvement à l’image populaire qui perdure depuis lors.

Chacun de nous est un « Éphémère »

Depuis 1963, Gérard Zlotykamien poursuit avec passion sa mission en créant ce qu’il appelle les “Éphémères”. Ces figures évanescentes ornent les murs lézardés d’endroits abandonnés, voués à la destruction. Il peint également les objets du quotidien tels que matelas, cartons, et autres encombrants. Cette exposition immersive nous rappelle la fragilité de la vie et notre passage momentané sur terre.

Un mouvement artistique ancré dans la culture urbaine.

Mathilde et Gautier Jourdain, galeristes-collectionneurs et curateurs de l’exposition, ont rassemblé une centaine d’œuvres originales de ZLOTY. Elle retrace son parcours allant de 1958 à 2023. Cette exposition immersive exceptionnelle célèbre l’œuvre d’un artiste majeur du Street Art. Elle met en lumière la diversité des supports et matériaux utilisés, des matelas aux palissades en passant par les poubelles.

Une section spéciale est dédiée à la poire à lavement, l’outil emblématique que l’artiste utilise depuis ses débuts. Cette exposition offre une expérience immersive au plus près de l’artiste et de l’homme derrière les “Éphémères”. L’occasion de découvrir cette figure emblématique dans son atelier ainsi que dans son élément naturel, les rues, où il peint avec passion.